Questions et Réponses Concernant l’Unité Musulmane

PAGE 1 SUR 2


Shaykh Salih Ibn Fawzan Al-Fawzan


 



[1] Question 1 : Certains sont laxistes en ce qui concerne l'importance de la 'aqida (le credo) et soutiennent qu’avoir la foi (iman) est suffisant.  Pouvez-vous expliquer l'importance de la 'aqida pour le musulman et comment elle se reflète sur lui dans sa vie quotidienne et son lien avec sa personne, sa communauté et les non-musulmans ? 


 


Réponse 1 : Au nom d’Allah le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux.  La louange est à Allah, le Seigneur des Mondes et que les Prières et la Paix soient sur notre messager Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.


 


Certes la 'aqida saine est la base fondamentale, car témoigner qu'il n'y a aucune déité digne d'adoration en dehors d'Allah et que Muhammad est le messager d'Allah, est le premier pilier de l’islam.  Donc la première chose vers laquelle les prophètes ont appelé leurs peuples était la purification de la ‘aqida (islah al-‘aqida), en raison du fait que tous les actes, actes d'adoration et mouvements sont construits sur cela et sans une 'aqida correcte, il n'y a aucun avantage dans n'importe quelle action.  Allah le Glorifié dit :


 


« Mais s’ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu’ils auraient fait eût certainement été vain. » [Souratul-An'am :88]


 


C'est-à-dire que leurs actions auraient été annulées.  Allah le Glorifié dit :


 


« Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! » [Souratul-Ma'ida :72]


 


« En effet, il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : “Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement du nombre des perdants. » [Souratuz-Zumar :65]


 


Il devient clair d’après ces textes et d'autres, que la purification de la 'aqida est la question la plus importante dans la Révélation et c'est la priorité extrême dans la da'wa (l’appel à Allah).  Donc la première chose qui doit être établie dans la da'wa est la justesse de la 'aqida . En effet le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) est resté treize ans à Makkatul-Mukarama après avoir été envoyé, appelant les gens à la rectification de la 'aqida et au tawhid et les devoirs obligatoires ne lui ont été révélés qu’à  Al-Madina.  Oui, la prière lui a été révélée à Makkah avant al-hijra (la migration vers Al-Madina), selon ce qui prouve que les actions ne doivent être recherchées qu’après avoir atteint une 'aqida correcte.  Donc cette personne qui dit qu’il lui est suffisant d’avoir la foi (iman), sans prêter attention à la 'aqida, alors à cette déclaration est contradictoire, parce que l’iman ne peut être vraiment iman qu’avec la ‘aqida correcte.  Si vous n'êtes pas sur la ‘aqida correcte, il n'y a aucun iman (la foi), ni religion. 


 


 


Question 2 : Comment la ‘aqida est-elle liée à la vie quotidienne du musulman et à ses actions ?


 


Réponse 2 : Comme je l’ai expliqué, quand la ‘aqida est correcte, les actes deviennent corrects, parce que la ‘aqida correcte amène le musulman à faire des actes pieux et elle l’amène à la bonté et à des actions dignes de louanges.  Ceci parce que quand il témoigne qu'il n'y a aucune déité digne d'adoration en dehors d'Allah, c'est une déclaration construite sur la science et yaqin (la certitude de foi) et la reconnaissance de sa signification. Elle l’amène aux actes pieux, parce que l’attestation qu'il n'y a aucune déité digne d'adoration en dehors d'Allah n'est pas simplement une parole prononcée par la langue.  Plutôt, c'est une proclamation ouverte de croyance et d'action et cette attestation ne sera ni correcte, ni avantageuse, jusqu’à ce qu’elle soit suivie d’actes pieux.  Donc il faut accomplir les piliers de l’iman (la foi) et tout ce qui en découle des commandements de la religion et ses devoirs, et tous ses actes surérogatoires.


 


 


Question 3 : Noble shaykh, parmi ce qui a mené à la nouvelle détérioration de la condition de la Umma de l’islam, est la condition turbulente de son idéologie, particulièrement dans ce qui est lié à la religion. En effet, il y a un grand nombre de partis islamiques et de groupes qui disent que leur manhaj (la méthodologie) est le manhaj islamique correct qu'il est obligatoire de suivre, au point que le musulman ne sait lequel doit être suivi et lequel est sur la vérité.


 


Réponse 3 : La division (tafaruq) ne fait pas partie de la religion, parce que la religion nous commande l'unité et d’être une jama'a et une Umma (communauté) sur la ‘aqida du tawhid et sur le suivi du messager d'Allah (Prières et bénédictions d’Allah sur lui).  Allah le Glorifié dit :


 


« Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc. » [Souratul-Anbiya :92]


 


« Et cramponnez-vous tous ensemble au “Habl” (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés » [Sourate Al-'Imran :103]


 


 


« Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n’es responsable en rien : leur sort ne dépend que d’Allah. Puis Il les informera de ce qu’ils faisaient. » [Souratul-An'am :159]


 


Et c'est une menace sévère contre la division (tafaruq) et la divergence.  Allah le Glorifié dit :


 


« Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. » [Sourate Al-'Imran 3:105]


 


Donc notre religion est une religion d'union et une religion d'accord et d'unité.  La division ne fait pas partie de notre religion, donc cette multiplicité de groupes n'est pas notre religion, parce que la religion nous commande d'être une communauté.  Et le prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « le musulman envers le musulman ressemble à une structure, tous deux se soutiennent l'un l'autre. » [2] Et il a dit : « Les croyants en ce qui concerne leur compassion, miséricorde et bonté ressemble à un corps. » [3] Donc on sait qu'une construction ou un corps sont quelque chose solide, ils n'ont pas de divisions. Car si une construction avait une division dans sa structure, elle tomberait.  De même, si le corps avait n'importe quelle division, il perdrait la vie.  Ainsi il n'y a aucune autre issue que d’être uni et d’être une communauté dont la base est le tawhid et dont la méthodologie est la da'wa (l'appel) du messager Et dont le chemin est la religion d'islam. [4] Allah le Glorifié dit :


 


« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. » [Souratul-An'am :153]


 


Donc ces groupes et cette division qui sont apparus aujourd'hui ne sont pas acceptables pour la religion d'islam.  Plutôt l’islam a interdit cela, d’une prohibition sévère, et l’islam a commandé l'unité sur la 'aqida du tawhid. Et sur la méthodologie de l’islam d’être comme une communauté et une Umma parce qu’Allah le Glorifié nous l’a ordonnés. [5] Donc la division et la multiplicité des groupes sont seulement des pièges des diables parmi les djinns et les hommes pour cette Umma. Les incrédules et les hypocrites n'ont pas cessé depuis toujours de conspirer pour diviser les musulmans.  Les anciens juifs disaient :


 


« Au début du jour, croyez à ce qui a été révélé aux Musulmans, mais, à la fin du jour, rejetez-le, afin qu’ils retournent (à leur ancienne religion). » [Sourate Al-'Imran 3:72]


 


C'est-à-dire pour que les musulmans reviennent à leur religion s'ils voient que vous y revenez.  Et les hypocrites disaient :


 


« Ne dépensez point pour ceux qui sont auprès du Messager d’Allah, afin qu’ils se dispersent » [Souratul-Munafiqun 63:7]


 


« Ceux qui ont édifié une mosquée pour en faire [un mobile] de rivalité, d’impiété et de division entre les croyants » [Souratut-Tawba 9:107] "


 


 


Question 4: Noble shaykh, parmi les choses à propos desquelles les gens sont devenus négligents est le bay'a (le serment d'allégeance).  Ainsi, il y a ceux qui considèrent qu’il est permis de prendre le bay'a d'une Jama'a parmi les jama'at (partis), et ce malgré qu’il ait (déjà) un autre bay'a présent. Et ces multiples serments d'allégeance ne sont pas bien connus en raison du secret; quel est le jugement sur cela ? Le jugement diffère-t-il dans les pays des mécréants, ou dans ces pays qui ne gouvernent pas par ce qu'Allah a révélé ? 


 


Réponse 4: le bay'a ne peut être fait qu’au gouverneur des musulmans et ces multiples bay'a sont des innovations et ils sont des causes de différence. Il est obligatoire aux musulmans qui sont sous une autorité souveraine et dans un royaume, que leur bay'a (serment d'allégeance) soit fait à un gouverneur.  Il n'est pas permis d'avoir de  multiples bay'a, plutôt ceux-ci sont seulement des causes  de différence à cet époque et sont apparus en raison de l'ignorance de la religion.  En effet le messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a interdit de se diviser par de multiples bay'a et il a dit : «  Quiconque vient à vous alors que vous êtes unis sous une personne, voulant vous diviser, frappez son cou. » [6] Si quelqu’un perturbe la souveraineté du dirigeant et veut se révolter et diviser la communauté, alors en effet le prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) a commandé que le dirigeant ordonne aux musulmans qui sont avec lui de combattre ce rebelle.  Allah le Glorifié dit :


 


« Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l’un d’eux se rebelle contre l’autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre d’Allah. » [Souratul-Hujurat 49:9]


 


En effet le Prince des Croyants, 'Ali Ibn Abi Talib et les grands Compagnons qui étaient avec lui ont combattu les Khawarij et les rebelles jusqu’à ce qu'ils remportent  la victoire sur eux et écrasent leur soulèvement et calment les musulmans de leur mal. Ceci fait partie de la Sunna du messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) Il a commandé le combat contre les rebelles et de combattre les Khawarij qui se sont révoltés et ceci a été fait pour préserver la communauté des musulmans et protéger les musulmans de la division et de la divergence.


 


 


Question 5 : Quel est le jugement sur celui qui s'attribue à un de ces groupes, particulièrement ceux qui sont établis sur le secret [7] et le bay'a ? 


 


Réponse 5 : Le prophète (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) nous a informés que la division arriverait et il nous a commandés, lorsqu’elle arrive, de nous unir sur ce sur quoi était le messager  (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) et ses Compagnons.  Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Les juifs se sont divisés en soixante et onze sectes et les Chrétiens en soixante-douze sectes et cette Umma se divisera en soixante-treize sectes, toutes dans le Feu, sauf une. » Ils ont dit : « Laquelle est-ce, ô messager d'Allah ? '  Il a dit : « Celle qui est sur ce sur quoi je suis aujourd'hui moi et mes Compagnons. » [8] Quand ses Compagnons lui ont demandé conseil, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : «  Je vous conseille de craindre Allah et d’écouter et d’obéir, même si un esclave vous commande.  Ainsi quiconque parmi vous vivra, verra beaucoup de différence.  Adhérez strictement à ma Sunna et à la Sunna des Califes Biens Guidés après moi, tenez-vous-y fermement avec vos molaires. » [9] Donc c'est le manhaj (la méthodologie) qu’il est obligatoire aux musulmans de suivre jusqu'au Jour du Jugement, malgré la présence des divergences.  Donc ils doivent retourner à ce sur quoi étaient les Salaf de cette Umma dans le manhaj, la religion, le bay'a et autre que cela.


 


 


Question 6 : Certains estiment que l’établissement de ces partis est nécessaire pour l'établissement de l'appel à Allah, particulièrement dans ces communautés où la religion n'est pas apparente.


 


Réponse 6 : L'appel à Allah est exigé et obligatoire.  Allah le Glorifié dit :


 


« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur » [Souratun-Nahl :125]


 


Cependant, il ne fait pas partie du manhaj (la méthodologie) de la da'wa de diviser les musulmans et pour chaque groupe de prétendre qu'il est sur la vérité et que tous les autres ne sont pas sur la vérité, comme c’est le cas avec ces partis aujourd'hui.  Donc il est obligatoire au musulman qui a de la science et la capacité, qu'il appelle à Allah à travers la science sûre et qu'il coopère avec d'autres en cela.  Il ne peut pas y avoir une méthodologie spécifique pour chaque groupe, au point qu’elle soit en opposition avec un autre groupe.  Plutôt il est obligatoire aux musulmans d’avoir une méthodologie et que tous coopèrent et se consultent l'un l'autre.  Il n'y a aucun besoin de la présence de nombreuses jama'at (partis), ni de la différence et des méthodologies diverses, parce que cela détruit l'unité et la parole des musulmans et c'est une cause de divergence et de dispute parmi les gens, comme c’est le cas aujourd'hui avec ces jama'at dans les pays islamiques et ailleurs.  Donc il n'est pas nécessaire pour la da'wa qu’il y ait une jama'a.  Il est seulement nécessaire pour la da'wa que le prêcheur ait de la science, de la sagesse et de la perspicacité pour appeler à Allah le Puissant et Majestueux, même s'il est seul. [10] Donc il est obligatoire aux prêcheurs d’être sur une seule méthodologie sur la vérité, même s'ils ont des degrés différents de science et même s'ils sont dans des pays différents. 


 


 


Question 7 : Noble shaykh, parmi ce qui est devenu considérable aujourd'hui est l'apparition du ghulu (l’exagération) et les gens commun acceptent cette exagération, quels sont les sentiers vers cette déviation et qui est responsable ? 


 


Réponse 7 : Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a averti sa Umma contre l’exagération, il a dit : «  Prenez garde à l’exagération, car ceux avant vous n'ont été détruits que par l’exagération. » [11] Et il a dit : « Les extrémistes (mutanatti'un) sont détruits, les extrémistes sont détruits, les extrémistes sont détruits »[12] il a répété cela trois fois.  Et les mutanatti'un sont ceux qui sont extrêmes et fanatiques dans leur religion.  Allah le Glorifié dit :


 


« Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité » [Souratun-Nisa :171]


 


« Dis : “Ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité » [Souratul-Ma'ida :77]


 


Donc l'obligation est d'être ferme sans extrémisme, ni négligence.  Allah le Glorifié dit à Son prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam) et à ceux qui le suivent :


 


« Demeure sur le droit chemin comme il t’est commandé, ainsi que ceux qui sont revenus [à Allah] avec toi. Et ne commettez pas d’excès » [Sourate Hud :112]


 


C’est à dire, n'excédez pas les limites et ne soyez pas extrême, donc il incombe aux musulmans d’avoir Al-Istiqama (le fait d'être ferme) et cela consiste à trouver l'équilibre entre la négligence et l'extrémisme.  Ceci est la méthodologie de l’islam et c'est la méthodologie de tous les prophètes et c'est Al-Istiqama sur la religion d'Allah le Glorifié sans extrémisme, ni fanatisme, ni excès, ni trop d’indulgence et de négligence. 


 


 


Question 8: Parmi ce qui est apparent de l'éducation islamique aujourd'hui, est qu'elle a été corrompue par l'idéologie des sectes comme les Khawarij et les Mu'tazila.  Ainsi chez certains d'entre eux, nous voyons (qu’ils font) le takfir sur les sociétés et les individus et qu'ils s’opposent durement aux pécheurs et désobéissants, donc quel est votre avis ?


 


Réponse 8 : C'est une méthodologie incorrecte, parce que l'islam a interdit la rudesse dans la da'wa (l’appel à l’islam), Allah le Glorifié dit :


 


« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon » [Souratun-Nahl :135]


 


Et Allah a dit à Ses Prophètes Moussa et Haroun ('alayhimas-salam) quand ils allaient vers pharaon :


 


« Puis, parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou [Me] craindra-t-il ? » [Sourate Ta Ha :44]


 


Donc la rudesse ne rencontrera que la rudesse réciproque, elle ne profite pas, plutôt elle cause une réaction défensive et elle a des effets défavorables sur les musulmans.  Ainsi ce qui est exigé est de faire da'wa avec sagesse et avec civilité et employer la bonté avec ceux qui sont appelés.  Quant à l'utilisation de la rudesse, la sévérité et l'abus avec ceux qui sont appelés, ceci ne fait pas partie de la religion d'islam.  Donc l'obligation sur les musulmans est de faire da'wa sur la méthodologie du messager (salallahu ‘alayhi wa salam) et sur les directions de noble Qur'ân.


 


Quant au takfir, il a des principes de base dans Shari'a.  Ainsi quiconque commet quelque chose parmi ce qui invalide son islam, que les savants d'Ahl Sunna wal-Jama'a ont mentionné dans le jugement de la mécréance, après que la preuve lui ait été établie.  Quiconque commet quelque chose parmi ces actes, n'est pas mécréant, même s'il commet certains des péchés principaux qui sont moindres que le shirk.


 


 


Question 9 : Certains appliquent le terme 'Al-jahiliya ' sur les sociétés musulmanes, car elles ont quelques corruptions et vous connaissez les résultats de ce terme. Cette application est-elle correcte, ô noble shaykh ?


 


Réponse 9 : Al- Jahiliya (les temps d'ignorance pré-islamique) s’est terminée quand le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a été envoyé et la louange est à Allah.  Et l’islam, science et lumière est venu et ceci jusqu'au Jour du Jugement.  Ainsi il n'y a plus de jahiliya après que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) eut été envoyé.  Cependant, certaines choses de la jahiliya peuvent rester, mais c'est une jahiliya partielle et c'est une jahiliya seulement pour celui qui le fait.  Quant à la jahiliya générale, alors elle a certes pris fin quand le messager  (salallahu ‘alayhi wa salam) a été envoyé et elle ne reviendra jamais jusqu’à ce que l'Heure soit établie. [13] Quant à la présence de jahiliya parmi certains des individus ou des groupes dans certaines sociétés, c'est une chose vraie aujourd'hui, mais c'est un type spécifique de jahiliya parmi ceux chez qui elle est trouvée, elle n'est pas générale.  Donc il n'est pas permis d'employer le terme jahiliya dans un sens général comme shaykhul-Islam Ibn Taymiya l’a expliqué dans Al-Iqtida'us-Siratil-Mustaqim.


 


 


Question 10 : Il est apparent chez ceux qui emploient ce terme sur les sociétés islamiques, qu'ils entendent (par cela) le takfir sur ces sociétés et de suivre cela par la révolte contre eux. 


 


Réponse 10 : Personne n'a le droit d'appliquer le takfir, ni de parler du takfir des groupes, ni des individus.  Le takfir a des principes de base dans Shari'a.  Ainsi quiconque commet un acte parmi les actes qui invalident son islam, doit être jugé pour l'incrédulité en cela et on connaît les actes qui invalident l’islam; le plus grand d'entre eux est d’associer à  Allah le Puissant et Majestueux et prétendre connaître la science de l'Invisible et le jugement par autre que ce qu'Allah a révélé.  Allah le Glorifié dit :


 


« Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants. » [Souratul-Ma'ida :44]


 


Ainsi le takfir est dangereux et tout le monde ne peut le prononcer sans droit.  En vérité, il peut seulement être appliqué par le juge de Shari'a, ou par les savants qui sont fermement ancrés dans la science, qui connaissent l’islam et qui connaissent les actes qui invalident l'islam, qui connaissent les situations et qui étudient l'état des affaires des gens et des sociétés. Ceux-ci sont les gens qui peuvent juger du takfir et d'autre que cela.  Quant aux ignares, les individus et les demi-instruit, ces gens n'ont pas le droit d'exécuter le takfir ni sur les gens, ni sur les groupes, ni sur les états, parce qu'ils ne sont pas des gens qui peuvent donner ce jugement.

   

>>> Lire la Suite...

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog